Le passeport de compétences 

Le passeport d'orientation, de formation et de compétences, initialement prévu pour 2022, sera théoriquement déployé au cours du premier semestre 2023 par la Caisse des Dépôts et Consignations. Comme le passeport prévention, mis en place cet automne pour recenser toutes les attestations relatives à la santé et à la sécurité au travail, ce nouveau passeport, via un document numérique sécurisé, aura pour but de permettre une traçabilité rigoureuse des actions réalisées.

Il sera adossé à la plateforme MonCompteFormation. Accessible dès 15 ans, le nouveau passeport ne sera disponible que pour les titulaires d'un compte formation.

Selon Marion-Anne Macé, directrice-adjointe de la formation à la Caisse des Dépôts, ce passeport compétences, entièrement gratuit, permettra de générer un CV "à valeur probante" utile aussi bien vis-à-vis d'un employeur potentiel que dans le cadre du conseil en évolution professionnelle (CEP).

Il sera alimenté à la fois par les acquis l'expérience (renseignés par l'employeur au travers de la déclaration sociale nominative), les diplômes obtenus en formation initiale (Bac, etc.) et les certifications obtenues en formation professionnelle.

 Qui est le public visé ?

A priori, le passeport compétences devrait aider en priorité les plus éloignées de l'emploien leur offrant la possibilité de justifier de leurs compétences de manière objective et pointer d'éventuelles lacunes dans leur parcours de formation continue. Concrètement, les personnes en situation de handicap ou en risque de désinsertion professionnelle (personnes peu qualifiées dont l'employabilité est précaire).

Mais en réalité, si l'on en croit les DRH français interrogés à ce sujet par le groupe Cegos, 47% des emplois actuels présenteraient un risque d'obsolescence d'ici trois ans. L'ensemble des compétences techniques, quel que soit le niveau de compétences des individus (depuis le mécanicien jusqu'au trader), seraient également concernées puisqu'elles pourraient toutes être potentiellement suppléées par l'intelligence artificielle. La seule réponse serait ainsi la culture apprenante et le gain de nouvelles compétences, notamment comportementales. Suivant ce raisonnement, le passeport compétences pourrait devenir un outil de choix pour une part importante des actifs.

Cette culture de la mobilité n'est d'ailleurs pas uniquement une démarche forcée par les progrès du numérique, mais aussi une volonté nouvelle affichée par un grand nombre de salariés. Durant le premier semestre 2022, 470 000 Français ont ainsi quitté spontanément leur CDI, soit une hausse de 20% par rapport à 2019 ! Suivant la même logique, les formations certifiantes ou diplômantes, parce qu'elles facilitent les mutations inter-entreprises et inter-secteurs, sont de plus en plus recherchées (+45%, selon une enquête BVA). Ces actifs qui ont la bougeotte devraient logiquement saisir les nouvelles opportunités de mobilité qu'offrira bientôt le passeport compétences.

A terme, les données de ce passeport pourraient d'ailleurs être partagées sur d'autres plateformes ou passeports comme LinkedIn ou Europass et favoriser les transferts de poste sur une échelle encore plus importante.

Le passeport compétences est-il la solution miracle ?

Le passeport de compétences est d'abord une tentative de réponse à un triple échec. En premier lieu, un échec au niveau de l'application CPF. En 2018, moins de 2% des actifs français avaient en effet utilisé leur compte formation et, aux dires de certains OPCA, 75% de ces formations payées n'avaient jamais vu le jour... Ensuite, un échec dans le domaine de l'évolution des compétences (la France occupant sur ce thème l'avant-dernière place au sein de l'OCDE). Enfin, un échec dans la mise en place et la reconnaissance de la Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) dont le pénible essor déçoit toutes les prévisions. 

En face d'un tel tableau, on peut raisonnablement s'interroger si le pansement cachera la plaie et si le futur passeport compétences résoudra réellement une situation devenue extrêmement problématique. D'autant plus qu'une fois encore, comme pour le CPF, Qualiopi ou la plateforme Agora, c'est la Caisse des Dépôts qui assurera la gestion de ce nouveau passeport. Un organisme qui, rappelons-le, n'a aucune compétence éducative et dont l'efficacité est régulièrement comparée à celle du RSI...

L'expérience mérite néanmoins d'être tentée et le futur passeport présente au moins l'avantage de lutter à la fois sur les trois fronts (application CPF, évolution des compétences et VAE). Rendez-vous en 2024 pour le premier bilan.

Approfondir